Je limite les emballages

Pourquoi ne pas choisir les produits proposés avec moins d'emballages d'autant plus qu'ils sont souvent moins chers à l'achat ? Et en plus, en limitant les emballages, je peux réduire mes déchets de 26 kg par an !
 
Comment ?

  • pour les denrées peu périssables telles que le thé, le café, le riz, les pâtes... j'évite les petits conditionnements ;
  • pour les produits frais, s'ils sont consommés quotidiennement, j'opte pour les produits grand format.
  • pour conserver et transporter les gâteaux des enfants, je préfère la boite à goûter réutilisable aux sachets individuels ;
  • je privilégie les emballages consignés s'ils existent ;

En bref

Quand c'est possible, je choisis les produits avec moins d'emballages : c'est souvent plus économique et ça génère moins de déchets.

J’utilise mon sac ou cabas

Les sacs jetables cumulent les inconvénients : leur durée de vie est très courte puisqu'ils finissent la plupart du temps à la poubelle au bout de 20 minutes

Comment ?

  • Je refuse les sacs jetables proposés chez les commerçants, pharmacies, au marché ... surtout si je n'achète que 2 ou 3 produits.
  • Je préfère les sacs réutilisables ou cabas solide. Il existe même des versions pliables pour l'avoir toujours à portée de main, en version à roulettes pour les courses de la semaine.

En bref

Un cabas, c'est bien plus pratique, solide et plus joli que des sacs plastiques jetables.

J’achète à la coupe ou en vrac

Pourquoi ne pas préférer les achats à la coupe, au détail ou en vrac…cela évite de m'encombrer des emballages et cela en prenant la juste quantité.

Comment ?

  • Pour mes achats de charcuterie, boucherie, crèmerie, poissonnerie... je commence par les rayons qui servent à la coupe ou au détail.
  • Pour les fruits, légumes, légumes secs, céréales... je préfère les produits en vrac, si c’est possible, que je conserve dans des boîtes adaptées sur lesquelles je peux inscrire la date de péremption.
  • Pour le petit outillage (vis, clous, boulons...), je regarde si le produit existe en vrac.
  • Je regarde également pour les détergents, les produits à vaisselle car certains sont maintenant disponibles en vrac.

En bref

Avec les produits à la coupe, au détail ou en vrac, j'achète la juste quantité et je limite mes déchets d'emballages.

J’achète des éco-recharges

Les formats éco-recharges sont plus économiques et moins encombrants puisqu'ils ont 50 à 70 % d'emballages en moins que les formats classiques

Comment ?

  • J’opte pour le format éco-recharge, quand je dois racheter du savon liquide, du gel douche, du shampoing, de la lessive…
  • Je regarde également si certaines denrées alimentaires sont proposées en éco-recharges : le sucre par exemple.

En bref

Quand c'est possible, mieux vaut racheter des éco-recharges : c'est plus économique et ça génère moins de déchets.

Je privilégie les produits écolabellisés

Je privilégie les produits qui sont écolabellisés car ces produits sont à la fois performants et plus respectueux de l'environnement.

Comment ?

Le premier réflexe est de bien lire les étiquettes mais il est difficile de reconnaitre les logos qui prennent en compte les impacts environnementaux (émissions de gaz à effet de serre, pollution de l'eau, de l'air...) et cela sur l'ensemble du cycle de vie du produit (de la production au déchet. Parmi eux l'Ecolabel Européen : avec lui je suis sûr de ne pas me tromper.

En bref

Je privilégie les produits portant l'Ecolabel Européen.

J’utilise des piles rechargeables

Bien qu'un peu plus chères à l'achat, les piles rechargeables ont une durée de vie beaucoup plus longue que les piles jetables et permettent donc à terme de faire de vraies économies. Et en plus, en utilisant des piles rechargeables, j'évite de rejeter des déchets polluant.

Comment ?

  • Lorsque c'est possible, je branche mes appareils directement sur le secteur.
  • Lorsque ce n'est pas possible, je privilégie l'utilisation de piles rechargeables pour les appareils très consommateurs d'énergie : les jouets, les appareils photos... Et pour les appareils beaucoup moins énergivores tels que la télécommande de la télévision, je peux utiliser des piles classiques.

En bref

Les piles rechargeables sont plus économiques à l'usage et limitent la production de déchets polluants.

J’emprunte ou je loue

Pourquoi acheter des objets qui sont utiles mais dont je ne me sers pas souvent, en plus ils prennent de la place chez moi, alors que je pourrais les louer voire même les emprunter à mes voisins ? Et en plus, moins d'objets achetés c'est moins de ressources consommées pour les produire et donc plus de déchets évités !

Comment ?

  • Avant d'acheter un objet, je me demande si je vais l'utiliser souvent.
  • Pour louer, je peux me rendre dans un magasin spécialisé ou aller sur Internet : les sites dédiés à la location de biens en tout genre, y compris entre particuliers, sont en pleine expansion.
  • Pour emprunter et partager, je peux m'organiser avec mes voisins, mes amis, ma famille ou consulter l'un des sites Internet entièrement dédiés au prêt entre particuliers.

En bref

J'emprunte ou je loue les objets dont j'ai peu l'utilité : c'est plus économique et je génère moins de déchets.

Je donne, je vends au lieu de jeter

J'ai des objets dont je n'ai plus du tout l'utilité mais qui sont encore en bon état alors pourquoi les jeter ?

En les donnant, je peux aider des personnes de mon entourage qui pourraient en avoir besoin : famille, amis, voisins...

Je peux également les donner à des associations ou les revendre d'occasion. Et en plus, en vendant ou donnant les objets en bon état dont je n'ai plus l'utilité, je peux réduire mes déchets de 13 kg par an !

Comment ?

  • Avant de jeter des objets, je me pose les bonnes questions... : ces objets sont-ils toujours en bon état ? Peuvent-ils encore servir ? Ont-ils toujours une valeur marchande ? Si la réponse à l'une des questions est oui alors je peux les donner ou les vendre.

En bref

Je donne, je vends ce dont je n'ai plus l'utilité : je fais de la place et je réduis mes déchets !

Je répare ou je fais réparer

Lorsque l'un de mes appareils ne fonctionne plus, j'ai le réflexe de vérifier s'il est réparable. Si la panne est légère, il suffit peut-être de remplacer une pièce plutôt que de racheter un appareil tout neuf

Comment ?

  • Tout d'abord, je suis vigilant au moment de l'achat (la qualité de l’objet…)
  • Je prends soin de mes affaires et j'entretiens mon matériel
  • En cas de problème, je fais réparer ce qui peut l'être.

En bref

La réparation permet de prolonger la durée de vie de mes objets et de réduire mes déchets.

J’offre des cadeaux dématérialisés

Plutôt que d'offrir une énième tasse à café ou le dernier gadget à la mode qui finira rapidement à la poubelle soit parce qu'il lasse vite soit parce qu'il est trop fragile, j'opte pour un cadeau dématérialisé qui privilégie l'instant vécu et l'originalité

Les cadeaux dématérialisés, il y en a pour tous les goûts et pour toutes les bourses, dîner, place de concert, …

En bref

Les cadeaux dématérialisés : des cadeaux originaux et qui génèrent moins de déchets.

Je mets l’autocollant « stop pub » sur ma boite aux lettres

Les prospectus que je reçois ne m'intéressent pas vraiment... voire pas du tout. Et en plus, grâce au stop pub, je peux réduire mes déchets de 13 kg par an !

Comment ?

  • J'écris « STOP PUB » sur une petite étiquette que je colle sur ma boîte aux lettres ou je demande à ma mairie ou au SIVOM du Louhannais un autocollant.

En bref

Grâce au STOP PUB, je reçois moins de prospectus et je réduis mes déchets.

Je limite mes impressions papier

Les documents imprimés finissent par coûter cher en papier, en encre... C'est décidé, je n'imprime que si c'est vraiment indispensable ! Et en plus, en limitant mes impressions, je peux réduire mes déchets de 6 kg par an !

Comment ?

  • Avant d'imprimer, je me demande si c'est vraiment nécessaire.
  • J'imprime systématiquement les documents en recto-verso pour économiser le papier.
  • Avant de jeter un document imprimé recto, j'utilise le verso comme brouillon.

En bref

En limitant mes impressions, je limite mes dépenses d'argent et mes déchets

Je prends de la vaisselle réutilisable

En pique-nique, au bureau…C'est pratique, facile d'entretien, très tendance et tellement plus agréable que la vaisselle jetable !

Comment ?

  • Je privilégie la vaisselle dans des matériaux légers pour en faciliter le transport mais solides pour la garder le plus longtemps possible !
  • J’utilise ma tasse au bureau

En bref

C'est plus agréable d’utiliser de la vraie vaisselle et cela produit moins de déchets.

Je pratique le paillage en plus du compostage

Il y a toujours des mauvaises herbes. Pour y remédier, j'utilise mes déchets verts en paillage qui, en plus d'empêcher le développement d'herbes indésirables, nourrit la terre, limite le dessèchement du sol,... et tout cela gratuitement !

Comment ?

  • Les déchets verts tels que les feuilles mortes, tontes de pelouse ou tailles broyées peuvent être avantageusement utilisés en paillage.
  • Il suffit de les mélanger et de les étendre en couche d'environ 5 cm au pied de mes plantes, arbustes... et c'est tout ! Plus besoin de m'en occuper, la nature fera le reste !

En bref

Grâce au paillage, mon jardin est plus beau et je réduis mes déchets.

SIVOM du Louhannais  . Z.I. des Marosses 35, rue de la Quemine
Standard / Comptabilité : 03 85 76 09 77 compta@sivom-louhannais.fr
Service Redevance : 03 85 76 09 44 redevance@sivom-louhannais.fr
Service Communication : 03 85 76 09 40 communication@sivom-louhannais.fr